Étiquette : James Brown

Mind 80 #18 … and the Groove.

... and the Groove.

Cette 18ième Playlist m’aura demandé beaucoup de tris mais pardi j’en suis venu à bout. Au contraire de la précédente qui visait les sentiers battus de la Tech’ et autres joyeusetés bien Dark celle ci se focalisera sur des sonorités un peu plus chaudes. Disco, House, Nu Disco, Deep House, autant de genres et sous genres qui je l’espère te feront agréablement groover. Les 12 titres sont tirés de recherches et trouvailles diverses, certains étant perdu dans les limbes de Discogs et de l’Internet tandis que d’autres réveilleront peut être des souvenirs de soirées bien dansantes. A la bonne heure, profites tant que la canicule est avec nous !

Si tu veut un seul (et je dis bien un seul) titre pour ouvrir ton set en plein air ou bien pour te tirer de ton plumard je suis fier de t’annoncer que PBR Streetgang a répondu à ta demande avec succès. Leur excellent J2ThaB en est un bon exemple  : les vocal de James Brown associées au rythme groovy sont déjà deux bonnes choses, quand le duo Anglais décide de faire monter la sauce tout en finesse c’en est une autre. Big Up à ces fiers producteurs de Leeds, ils viennent sans doute de te mettre une belle claque en direct !

Et ce sentiment de gros kiff revient avec Dancing In Outer Space (MAW Lunar Mix Part 1) de Atmosfear. L’arrivée du saxophone fait toujours plaisir à entendre, les connards de Bakermat et toute sa clique ont pourtant bien pourris l’aura de la bébête mais petit détail fort sympathique : Dancing In Outer Space reste une track fidèle à elle même. Entre une grosse ambiance des 90’s (que ce soit pour le rythme aussi bien que les enchainements du titre) plus un travail de Masterisation efficace, le titre a tout pour joué dans la cour des grands et c’est tant mieux.

Adeptes du Lounge ou autres Grooves de Saint Tropez (à la bonne époque des 90’s/début 00’s bien entendu) tu devrais être servis avec le classique et indémodable Tania de Harry  »Choo Choo » Romero. A la croisée des mondes entre St Germain, le rythme House et les débuts sonores de la French Touch, Tania est indémodable pour une seule et bonne raison : la nostalgie d’une époque ou les petits péteux de la Jet Set du Sud écoutaient encore du bon son. Cruauté et réalité en somme.

Même chose pour Soul Right On de Silicone : force est de reconnaitre au titre une ambiance que l’on ne retrouve plus trop ces derniers temps (et qui pourrait paraitre kitch aux oreilles de certains). Les Haters crieront que le rythme fait vieillot, qu’il faut allez de l’avant mais je vous met au défis de trouver une Track qui puisse réunir les ingrédients de celle ci aussi simplement. Allez bande de rageux, vous avez 2 heures.

Whirlpool Productions, plutôt louche comme nom de scène. Mais attendez un peu que je vous explique l’histoire derrière le classique que les trois compères ont sortis en 1996 : Eric D. Clark, Hans Nieswandt ainsi que le troisième et plus connu Justus Köhncke (membre de Compact de longue date) venaient de rentrer de boite à Cologne. Dans un état bien fracassé, le trio décide de se faire une petite session en studio histoire de passer le temps. Sur le coup de l’improvisation, Clark (les vocales) entonne un léger « From Disco To Disco » sur un rythme House fraichement tiré de l’imagination des deux autres biturés. Enregistré à l’arrache, ces quelques minutes d’improvisations donneront naissance à un classique des 90’s : From Disco To Disco. Peace & Respect les gars.

I’m So Crazy est à réserver pour les occasions spéciales. Spéciales car malgré le succès de l’époque peu de gens se souviennent de la track. Spéciales aussi car c’est typiquement le genre de son à dégainer quand tout part bien en couille dans votre soirée adorée. Encore plus spéciales quand vous regarderez la réaction des gens : entre questionnements et gros défoulements sur la piste c’est à chacun de décider quoi faire au moment venu. Mettre en versus Par-T-One et Inxs fut une bonne idée finalement.

Gichy Dan est de ceux qui nous ont quitté bien trop tôt. Au vu de son excellent Cowboys & Gangsters (qui est déjà culte pour les adeptes de la Disco/Nu Disco) on ne peut que saluer le bonhomme. Quand en plus le morceau est sortis de base en 1981 et qu’il continue fièrement de tourner sur les platines du monde entier on a une bonne pensée pour ce bon vieux Ron Rodgers. Cet édit de Social Disco redonne un petit coup de pep’s à l’oeuvre originale sans trahir ses acquis, Well Done !

Cappuccino m’était encore inconnu il y a peu. C’était sans compter le mix de King So So (nouveau poulain de Hippie Dance Record) qui comportait justement leur titre phare, Hell Dance With Me. Je n’ai rien à redire sur cette track que j’ai déjà positionné dans mon top personnel de la Disco, que ce soit en écoute ralentie (qui donnent une ambiance plus « Caliente ») ou en écoute originale le résultat reste toujours aussi agréable à entendre.

Relativement inclassable dans cette playlist plus orientée Disco, j’ai choisis de tout même mentionner mister Blue Boy. Et oui, vous connaissez pour beaucoup d’entre vous son célèbre tube Remember Me. Prenez un peu de plaisir à réécouter ces 7 minutes de minimalisme, pour les nouveaux plongez vous dans ce subtile mix des 70’s/90’s.

J’ai fait la découverte de Poolside grâce à Aeroplane et sa compile (de grand malade) In Flight Entertainment. Quand j’ai appris que c’était eux qui était derrière un morceau qui me tenait à coeur, Only Everything en l’occurence, j’ai vite compris pourquoi Aéroplane les ont inclus dans sa liste des artistes Nu Disco en pleine montée. Ils sont californiens, aiment leurs potes et le bon son et préfèrent rester positif : en quelque sorte Only Everything les résume parfaitement eux comme la vie sur la côte Ouest.

Au contraire de la playlist Darkside j’avais déjà trouvé ma conclusion pour celle ci, c’était plutôt pratique. Pratique parce que le célèbre (et dans le même temps trop délaissé) Be Thankful For What You Got de Winston Curtis mérite sa place. Surtout quand l’on a droit à une subtile version Dub/Reggae signée William de Vaughn, pas n’importe qui dans le domaine. Rien à redire sur le tempo aussi bien que sur le travail de remake/remix, c’est effectué d’un main d’orfèvre. A recommander à toute heure, le matin pour éviter la sale gueule, l’aprèm pour décompresser comme le début de soirée pour entamer l’apéro, une vrai anguille. « Just relax my friend, it’s over ».